RAPPORT DE LA CONSULTATION RÉGIONALE DE L’AFRIQUE DE L’OUEST ET DE L’AFRIQUE CENTRALE SUR LA JEUNESSE, LA PAIX ET LA SÉCURITÉ

RAPPORT DE LA CONSULTATION RÉGIONALE DE L’AFRIQUE DE L’OUEST ET DE L’AFRIQUE CENTRALE SUR LA JEUNESSE, LA PAIX ET LA SÉCURITÉ

RAPPORT DE LA CONSULTATION RÉGIONALE DE L’AFRIQUE DE L’OUEST ET DE L’AFRIQUE CENTRALE SUR LA JEUNESSE, LA PAIX ET LA SÉCURITÉ.

1. ORIGINES

Le 09 Décembre 2015, le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté à l’unanimité la Résolution 2250 sur la jeunesse, la paix et la sécurité. Cette résolution est la première à reconnaître l’importance et rôle positif que les jeunes hommes comme femmes jouent dans la maintenance et la promotion de la paix et la sécurité internationales.
Les «Résolutions de maintien de la paix», adoptées en avril 2016, renvoient explicitement à la résolution 2250 et réaffirmer “le rôle important que les jeunes peuvent jouer dans la prévention et la résolution des conflits et prend aussi en compte l’aspect de la durabilité, de l’inclusivité et de la réussite du maintien de la paix et efforts de consolidation de la paix entrepris par les jeunes”, et demande” aux États membres et aux organes compétents des Nations Unies et les entités d’envisager les moyens d’accroître la participation significative et inclusive des jeunes dans les efforts de consolidation de la paix “.
Tout au long de l’année 2016, afin de sensibiliser et soutenir la mise en œuvre de la résolution 2250 du Conseil de sécurité des Nations Unies, le programme jeunesse, paix et sécurité et les cadres normatifs connexes, Les agences des nations unies ont travaillé main dans la main avec d’autres partenaires, pour soutenir les activités de sensibilisation, de nouvelle plate-forme mondiale de gestion et de plaidoyer, des organisations dees jeunes axé sur le Fundraising et la programmation, et auss l’étude de progrès mandatée par le CSNU sur  la résolution 2250.
L’étude de progrès fournira un aperçu du travail de consolidation de la paix que les jeunes sont déjà entrain de mener dans leurs communautés et proposera des orientations opérationnelles concrètes pour la collaboration avec les jeunes de manière nouvelle et novatrice sur le travail de paix et de sécurité.

 2.   JUSTIFICATION
L’objectif majeur de la résolution 2250 du Conseil de sécurité des Nations Unies est l’inclusion effective des jeunes comme acteurs clés dans le programme de paix et de sécurité. Il était donc impératif que des modèles de méthodologie participative proposés sous l’étude de Progress « Progress Study » puissent pleinement ëtre observés.

La résolution 2250, Veiller à ce que les jeunes participent intégralement aux étapes conduisant à la préparation du processus pour aborder les principaux problèmes de paix et de sécurité dans leurs communautés. Il veille aussi à Leur implication à diagnostiquer les moyens le plus efficace afin de bien formuler les meilleures solutions possibles pour attendre les objectifs de l’agenda de la jeunesse, paix et sécurité et son opérationnalisation par et avec les jeunes.   Les consultations régionales sont donc un élément clé de cette participation, comme cela a déjà été démontré dans les Etats arabes, Asie et Pacifique, Europe de l’Est et Asie centrale, Amérique latine et Caraïbes.
3   3.     PREMIER JOUR
Arrivée
Environ Quarante jeunes issus de 21 pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre ont commencé à arriver dans la salle de conférence de l’Hôtel Sun Beach, à Cotonou, au Bénin,  pour les trois jours Consultation qui était prévu du 11 au 13 septembre 2017. Les pays participants comprenaient la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger, le Tchad, le Sénégal, la République démocratique du Congo (RDC), la République centrafricaine, la Côte d’Ivoire, le Nigeria, le Cameroun, le Libéria, la Sierra Leone, la Guinée, le Ghana, la Gambie, Le Gabon, le Bénin et la république du Congo. La RDC était représentée par Marie-Rose Tshite, pour le compte de BUSWE Institute et du Chapitre YALI RDC.
Environ dix [10] autres fonctionnaires de diverses agences des Nations Unies, y compris le UNFPA, le PNUD et les volontaires des Nations Unies ont également rejoint les participants pour s’assurer de la bonne organisation et de la  facilitation harmonieuse de la Consultation.
Ouverture officielle
Une courte cérémonie a été organisée le 11 septembre 2017 pour ouvrir officiellement la Consultation. Des représentants du gouvernement du Bénin, des agences de l’ONU et des groupes des jeunes Beninois ont parlé lors de la cérémonie.
 
 Le président national d’une organisation dédiée à la promotion de l’emploi des jeunes dans Bénin, M. Thomas Kpena Singbo a d’abord acceuilli tous les partcipants et à félicité les organisateurs de la Consultation pour l’Interet porté sur les opinions des jeunes  ajoutant:  “c’est toujours essentiel de

prendre les mesures nécessaires pour que les inputs des jeunes soient incorporés dans un processus important comme celui-ci “.


Il a demandé au gouvernement du Bénin d’inclure un jeune dans le conseil économique national du pays.






M. Siaka Coulibaly, coordonnateur résident des Nations Unies et représentant du PNUD au Bénin

a souligné l’importance de la paix et de la sécurité:

«le manque de La paix est un obstacle majeur au développement et le manque de développement entraine des conflits “.
Donnant un aperçu des consultations, il a déclaré que des similaires consultations avaient été organisées dans d’autres régions et était excité que le Bénin ait été sélectionné pour l’édition régionale de l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Il n’a pas manqué de saluer le Bénin comme modèle de paix et de stabilité et a lancé un appel au gouvernement du Bénin d’adopter et de matérialiser les recommandations qui sortiront des participants.

Représentant le président du Bénin, le ministre de la Jeunesse et des Sports, l’honarable Oswald Homeky était reconnaissant envers les organisateurs pour le choix porté sur le Bénin pour accueillir ces consultations, vantant les références de paix et de stabilité de son pays.

 Il a réitéré l’engagement du gouvernement envers la paix et a mis au défi les jeunes à aborder les questions essentielles que traversent le continent sur les plateformes de médias sociaux qui, à son avis, alimentent des conflits.
Il a exhorté les participants à formuler des recommandations approfondies qui aidera à maintenir la paix et la sécurité dans l’Ouest et Sous-région de l’Afrique centrale.




Discussions en panel
La cérémonie d’ouverture s’est terminée par une table ronde sur la façon de maintenir la paix et la sécurité. Le panel impliquait des représentants du gouvernement du Bénin, de l’ONU et des groupes de jeunes.
Les panelistes ont partagé des expériences sur la façon dont les jeunes peuvent s’engager dans des efforts de maintien de paix et de sécurité.  Les participants ont pu poser des questions et des échanges fructueux ont été partagées.

Team Building
Après l’ouverture officielle, diverses activités ont été organisées pour présenter les participants et renforcer des lien entre eux. Dans les discussions en petits groupes et les séances plénières, les participants ont appris à connaître, Le nom, le travail et les intérêts de chacun.

  
Chenor Bah, l’un des facilitateurs de la Consultation a conduit les participants à travers les trois jours de session de travail.








Objet de la consultation

En expliquant le but de la Consultation, l’initiateur principal de l’étude de progrès sur la jeunesse, paix et securité, M. Graeme Simpson,  a noté que les consultations faisaient partie du processus de préparation de l’étude.
Il a expliqué qu’il avait été nommé par le Secrétaire général de l’ONU pour mener l’étude de progrès qui, selon lui, aboutira à une Stratégie des Nations Unies pour la jeunesse, la paix et la sécurité en raison du processus consultatif qui est employé.
M. Simpson travaille avec une équipe de 21 membres nommée par le Secrétaire général de l’ONU pour le conseiller, il a également expliqué que au-delà des consultations régionales, 15 études de cas spécifiques à chaque pays sera également entrepris ainsi que 125 discussions de groupes ciblés dans des zones difficiles à atteindre.
Il a rappelé aux participants qu’ils représentaient la voix de beaucoup de personnes marginalisées et qu’il était donc important qu’ils transmettent toutes ces expériences des jeunes qui n’étaient pas présents à ce niveau des consultations. Concluant son adresse, M. Simpson a insister sur le fait que: « la lutte contre l’exclusion était le meilleur moyen d’éviter toutes autres formes de violence et qu’il fallait tout faire pour ne pas revoir les problemes que nous essayons de résoudre résurgir».
Etude des concepts
Cette session s’est focaliser sur la compréhension des participants sur des concepts comme : ” la jeunesse, la paix et Sécurité’’. En petit groupe, les participants ont discuté et ont défini les mots clés – jeunesse, paix et sécurité et ont partagé les résultat de leurs discussions dans un séance plénière.
Entre autres, les participants ont identifié le concept les jeunes avec des mots comme l’innovation, leadership, résilience, éducation, développement, engagement etc.
Paix comme tranquilité, quietude, tolérance et absence de peur, etc.
Sécurité comme étant la proctection, la défense, le calme, la prévention, etc.
RCSNU 2250 : présentation et réflexion
Dans le but de s’’assurer une meilleure compréhension de la résolution 2250 du CSNU, les participants ont été invités à déménager à partir des différentes extrémités de la salle de conférence qui avait des inscriptions indiquant: “vrai / oui”; “Non / faux” et “je ne sais pas”.

Mme Gabrielle John, qui travail avec le Secrétariat de l’étude de progrès, a lu diverses déclarations concernant la résolution et a cherché à comprendre les raisons pour lesquelles les participants ont opté pour un «coin» particulier de la salle. La session a été très interactive et a approfondi la compréhension des participants sur la résolution 2250 du CSNU.
Le jour s’est terminé par une réflexion sur les activités qui se sont déroulées tout au long de la journée. Les participants ont indiqué sur une feuille d’évaluaton ce qui avait bien fonctionnait, ce qui n’avait pas été et ont fait des suggestions d’améliorations pour les prochains jours.
4   4. DEUXIEME JOUR
Aperçu des initiatives de la jeunesse
Après un exercise Brise-Glace pour commencer la journée, les participants ont été invités à écrire sur papier, un déclaration qui représentait le travail qu’ils faisaient en matière de jeunesse, de paix et de sécurité.  Les participants devaient alors se déplacer pour interagir avec d’autres participants et identifiez cinq déclarations qui ont résonné avec leur propre déclaration et leur travail. Cela a abouti à la formation de petits groupes avec des déclarations d’ intérêts communs.

Les participants ont discuté en petit groupes tout en rotant et en présentant les résultats de leurs discussions en séance plénière.
Parmi les intérêts variés et les domaines de focus, beaucoup de participants ont appartenu à des organisations qui travaillaient dans diverses moyens de promotion de paix et de sécurité aux niveaux locaux, nationaux et régionaux.
Les domaines sur lesquels ils y avaent un accent particulier étaient sur la création d’emplois, la migration, la santé et les droits de l’hommen la sexualité réproduectrice et le genre.
Les piliers de la Résolution 2250
Apres un aperçu sur nos initiatives des jeunes, M. Graeme Simpson a expliqué les cinq piliers de la RCSNU 2250 en les nommant comme:
La participation, la protection, la prévention, le partenariat et désengagement ou réintégration. Son intervention sur les pilliers de la résolution, viser à aider les participants à «contextualiser leurs discussions et recommandations dans le cadre de ces piliers.




Partenariats pour les initiatives de la jeunesse
Se réferrant aux activités antérieures du matin concernant le travail et les intérêts des différents participants, cette session s’est focalisée sur les partenaires avec lesquels ces organisations ont eu à travailler avec à différents niveaux.
Les participants ont discuté et répondu comment ces des partenariats ont été formés, les avantages de ces partenariats et le niveau de confiance qui existait entre les différentes organisations et leurs partenaires. Les partenaires comprenneaient: les organismes gouvernementaux, les agences de l’ONU, les organisations de la société civile, les jeunes et les Groupes de femmes, les groupes traditionnels et religieux, etc. les  jeunes ont mentioné que ces partenariats  se faisaient sous forme de recommandations, des initiatives individuelles, par la crédibilité des actions , etc.  Mais malgres le  bon nombre des partenaires font confiance à leurs organisations, beaucoup se sont plaint que certains de ces partenaires ne valorisent pas les organisations de jeunesse.
Le deuxième jour s’est terminé par une réflexion sur les séances et recommandations du jour.
5. TROISIEME JOUR
Défis pour les jeunes, la paix et la sécurité
Suite aux discussions de la journée précédente sur les initiatives de la jeunesse en matière de paix et de sécurité, la première session du dernier jour des consultations a cherché à identifier les défis de la paix et Sécurité.
Dans les discussions en petits groupes, les participants ont identifié les menaces sous-jacentes à la paix en sécurité au niveau local, national, régional et mondial. Voici quelques-uns des principaux défis identifiés: chômage, corruption, mauvaise gouvernance, préjugés ethniques et religieux, injustice, sous- développement, manque d’engagement, etc.
Ces défis sont capturés sous un large domaines thématiques tels que: politique, économique,
défis socio-culturels etc.
Le résultat des discussions de groupe était présenté par les représentants des groupes en
plénier. Afin de faciliter la communication, les groupes ont été constitués selon des lignes linguistiques avec les anglophones appartenant à un groupe et les francophones dans un autre ensemble.
Solutions pour les jeunes, la paix et la sécurité
En réponse directe aux défis identifiés, les participants ont été chargés de proposer des solutions,
proposer des actions clés et identifier les acteurs clés ainsi que les résultats escomptés.
Chaque groupe s’est engagé dans des longues discussions et est venu avec des réponses correspondantes à la tâche demandée.
Le dernier cycle de présentations avait formulé le des recommandations pour l’Afrique l’Ouest et du Centre pour aider dans le développement de l’étude de progres sur la jeunesse, la paix et la sécurité.
Fermeture officielle
La consultation régionale de trois jours a pris fin avec une courte clôture de Cérémonie adressée par le membre le plus jeune du Bénin Parlement, l’hon. Guy Mitokpe.

Il s’est félicité de l’invitation et a rappelé ses jours en tant que militant étudiant et le rôle qu’il a joué dans la défense du développement des jeunes au Bénin. Il a défié les jeunes d’être plus proactifs dans la défense leur développement.



Engagements des participants
Les participants ont été invités à prendre des engagements définitifs envers les jeunes, la paix et la sécurité après la Consultation. Tous les participants, y compris les organisateurs et les animateurs, ont écrit leur  engagements sur papier – qui a été lu par les autres participants à la dernière session plénière.
Certains participants se sont engagés à intégrer la jeunesse, la paix et la sécurité dans leurs sessions de renforcement des capacités pour leurs bases, d’ organiser des activités de création d’emploi, le lobbying auprès des gouvernements et d’autres parties prenantes et il y a aussi eu des engagements personnelles à garder la paix partout où chacun se retrouverait.
Remarques finales
En prononçant ses dernières remarques, M. Graeme Simpson a félicité les participants pour le partage de leurs expériences et les recommandations utiles qui les aideront à préparer l’Étude de progrès sur la jeunesse, la paix et la sécurité.
Il a noté que, dans le cadre de son engagement envers la jeunesse, la paix et la sécurité, les participants « entendront leurs voix dans son rapport final ».
6   
    6 .CONCLUSION

La Consultation a rencontré tout ce qu’il avait prévu de réaliser. Les participants indépendamment de leurs limitations linguistiques, ont travaillé ensemble en harmonie et ont partagé leurs points de vue librement vers le maintien de la paix et de la sécurité dans la sous-région de l’Afrique de l’Ouest et du Centre et dans le monde entier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *